Les maladies et les corps énergétiques

Comme  l’indique Ricardo OROZCO, la thérapie des fleurs de Bach est inséparable d un système de pensée et« on ne saurait dissocier l’esprit, les émotions, le corps et l’âme de ce qui forme le substrat de notre existence, c’est-à-dire une superposition de plans énergétiques reliés entre eux ».  Le docteur Bach lisait sur le corps le sens et le message des symptômes ainsi que les signes et les traduisait immédiatement en langage floral.

Pour les spécialistes de la médecine énergétique, des messages de l’âme, spécialiste du décodage biologiques…  tels que  Docteur Bach, Lise Bourbeau, Christian Flêche,..  la maladie ne trouverait pas sa cause dans une origine matérielle mais résulterait d’une série de disharmonies  issues de pensées, sentiments et actes dont l’origine ne serait que le refus de l’ego de reconnaître ce qu’il est.

Mais c’est le corps qui va donner des messages grâce à certains symptômes, à certains signes. Une correspondance certaine existe entre organes, systèmes et méridiens.

La zone affectée peut elle-même indiquer la nature du défaut:

« La maladie, sa nature , la zone du corps où elle se manifeste n’ont rien d’accidentel : comme tout ce qui est d’origine énergétique, elle obéit à la relation de cause à effet.

Quand on souffre d’asthme ou de difficultés respiratoires, on asphyxie d’une certaine manière une autre personne ou bien on manque de courage pour faire le bien et cela nous suffoque. (…) La zone affectée elle –même indique la nature du défaut : les mains révèlent un échec ou une erreur dans l’action, les pieds une tentative manquée d’aide à autrui, le cerveau un manque de contrôle, le cœur un déficit, un excès ou une inconduite d’ordre affectif, les yeux une vision erronée ou un défaut de compréhension de la vérité.

Chaque individu est unique et dans cet optique une thérapie devrait traiter non pas la maladie mais le malade.